Crise(s) ou mutation?

Toute la presse utilise à tord, à mon sens, la notion de « crise » pour argumenter et justifier les difficultés économiques actuelles ?

Est-ce bien approprié quand le premier choc pétrolier date de 1973 et ses conséquences perdurent encore ? Pour moi une crise est un épiphénomène limité dans le temps .Et, ce n’est pas ce que nous vivons.

Cette crise, de 1973, qui de rebond en rebond est arrivée à un état de crise permanent ne peut plus s’appeler une crise. Le concept de crise est erroné, le conserver ne permet pas de se positionner tant comme citoyen que chef d’entreprise élus ou dirigeant d’association en sorte d’apporter des réponses pertinentes.

Je lui préfère le concept de mutation, qu’elle soit rapide, imprévisible, injuste, peu importe. Le monde, ou les mondes sont en mutation. Ce concept, permet de s’interroger sur l’avenir et de voir autrement qu’en réaction à la « crise »; une réaction forcément sans lendemain qui ne règle pas les problèmes, quand il faut imaginer le changement non pas en réaction à… mais en construction de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *